Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2009 7 02 /08 /août /2009 02:39
.
Walter Sparrow (Jim Carrey) mène une vie tranquille jusqu'à ce qu'il découvre un étrange roman intitulé Le nombre 23. Tout d'abord intrigué par ce roman, Walter se rendra compte que ce livre s'inspire de sa vie jusqu'à sombrer dans une paranoïa abusive autour du nombre 23 au point de se lancer à la découverte d'une vérité complètement stupide où même la femme et le fils vont s'y mettre... Superstition quand tu nous tiens.

Le ton est ainsi donné, on assiste alors à un préchi-précha de péripétie où tout se rapporte au nombre 23 (jusqu'aux pairs de chaussures) en mélangeant réalité et fiction dans un désordre complètement ahurissant. Tout est mal gérer dans ce métrage à commencé par le scénario. La paranoïa du héros est beaucoup trop poussée pour qu'on puisse y croire (aaah si j'ai 32 ans ca fait 23 à l'envers mon dieu le nombre me poursuis...) et le spectateur perdra vite l'intérêt de poursuivre cette production.

le seul réel intérêt de ce film, si toutefois intérêt il y a, réside dans la première partie du film où la paranoïa n'exerçait encore qu'au niveau du nombre même. La deuxième partie lancera le héros et toute sa famille (car ils sont tous complètement tarés) dans une course contre une vérité tiré par les cheveux et plutôt mal orchestré par son réalisateur.

Parlons en d'ailleurs de la réalisation qui n'insuffle aucune tension au matériau de base déjà bien pauvre. Néanmoins, pouvions-nous nous attendre à quelque chose de ce tâcheron de Shumacher qui n'a que pour seul mérite son thriller phone game ? Ce film confirme avec certitude que cette seule production devait être un coup de bol dans la filmographie du bonhomme puisqu'ici, tout est trop sobre, tout est trop plat, rien est osé (si ce n'est le jeu des lumières présent dans le contage du bouquin) et le résultat se fait sentir.

Niveau interprétation, je trouve que Jim Carrey ne brille pas beaucoup dans les rôles sérieux (rappelez-vous l'insupportable, l'irregardable Eternal sunshine...). Les autres rôles sont encore plus transparents au point qu'on ne s'attache à personne réellement...
.

Partager cet article

Repost 0
Published by Genius - dans Les critiques
commenter cet article

commentaires

Sites partenaires

Recherche

Visiteurs

Webstats

Free counter and web stats

Ciné-Mania























Références





Manga base, Top Manga

Annuaire des Blogs